Buvettes et chalets d’alpages

Tout au long des 900 mètres de dénivellation qui séparent le pied du Jura du sommet du Suchet, vous avez la possibilité de rencontrer quatre chalets d’alpage accrochés à la face sud-est de la montagne et situés sur la commune de Rances.

Afin de rejoindre le chalet d’alpage La Mathoulaz, situé à 1144m d’altitude, une route tout en lacets vous guidera jusqu’à destination. Il est également accessible à pieds, à partir de Six Fontaines.
Christine et Cindy Rossier se réjouissent de vous faire découvrir leurs délicieuses spécialités. Laissez-vous tenter par une des 8 différentes saveurs de fondues : échalotes, bolets ou truffes, tomates, basilic ainsi que celle au fromage le Maréchal, ou encore une fondue pure chèvre, “La Cabriole”. Les spécialités du chalet sont également de purs délices ; tommes lardées sur salade ou croûtes au fromage séduiront tout autant vos papilles. Côté douceur, la carte des desserts sera
gourmande afin de satisfaire tous les goûts: café gourmant, tulipes aux baies des bois, coupe méli mélo, cornet à la crème, meringue à la double crème et toutes sortes
de gâteaux de saison.La Mathoulaz est ouverte 7 jours sur 7, de mai à octobre. La vue panoramique est grandiose, donnant à la fois sur le lac Léman ainsi que sur celui de Neuchâtel. Salle pour groupes jusqu’à 60 personnes. Réservations au 024 441 01 14.

 

Si vous continuez à monter en direction du Suchet, vous verrez le chalet du Rez, gardé par M. Albert Cherbuin, également tapi contre la montagne et entouré de vaches se prélassant dans le pâturage.

 

 

Le terminus de cette montée en véhicule se situe à 1489 m d’altitude au chalet du Suchet. Ce dernier est confié aux bons soins de M. et Mme Dominique et Dragica Rochat qui depuis le printemps 2004 gouvernent plus de cent têtes de bétail et assurent buvette et restauration. Ouvert 7 jours sur 7 de mai à octobre, vous serez chaleureusement accueillis au chalet où la carte est copieuse ! Trois sortes de fondues: nature, aux herbes et au champagne; trois sortes d’assiettes de viande froide : jambon de campagne et viande séchée; trois variétés de tommes : nature, poêlée et tomme de chèvre, pâtes du chalet, tarte maison, glaces et pour les “lève-tôt”, de copieux petits déjeuners. Quatre personnes assurent un service de qualité, salles et terrasse permettent d’accueillir un nombre considérable de convives. Réservations au 024/441’01’63.

Le sommet est également accessible par l’autre versant, mais l’escalade est réservée aux marcheurs. En effet, au départ de Grange-Neuve, par un raidillon qui porte bien son nom, la montée est rapide mais chaotique! La promenade est superbe en empruntant l’itinéraire passant par le chalet de la Sagne, situé à 1371 m et gardé par la Famille Beauverd. Tout au long du chemin s’épanouit une flore magnifique dont la stricte protection interdit toute cueillette. Chardons bleus, lis martagon, tussilages, anémones, gentianes et campanules mettront à vos pieds un tapis d’une rare beauté.

En ce qui concerne l’alpage, la tâche est importante. En effet, ce sont des kilomètres de clôture à garder en état, la gestion des prairies pour un cheptel de cette taille est capitale et en période de sécheresse, l’approvisionnement en eau est crucial ! Le point culminant de la montagne, 1588 m d’altitude, vous offre une vue circulaire qui vous fera découvrir d’un côté la plaine qui s’étend à vos pieds; par temps clair, cinq lacs miroitent sous le soleil et le jet d’eau de Genève devient parfaitement visible ! Plus proche, les champs aux formes et aux cultures diverses juxtaposées forment une gigantesque mosaïque d’ors, de roux et de verts. Au loin, la chaîne des Alpes se déploie à l’horizon…Côté couchant, juste en face, séparée par le vallon de Grange-Neuve, se dresse la crête des Aiguilles et à l’arrière-plan, la France voisine dont les pâturages ponctuent de vert tendre la masse sombre des épaisses forêts du Haut-Doubs. A quelque distance de là, les génisses regardent d’un oeil placide les parapentes et autres ailes delta, grands oiseaux multicolores, cherchant les courants favorables, prendre leur élan pour rejoindre la plaine.